Vous êtes beaucoup à me demander comment je m’en sors, sur les routes colombiennes. Alors j’ai décidé de consacrer un petit billet à la conduite colombienne. Attachez vos ceintures et en voiture Simone!

A chaque ville sa conduite

Je ne vous apprendrai rien en vous disant qu’il y a presque autant de modes de conduite que de villes. On ne conduit pas à Genève, comme on conduit à Paris, à Dakar ou à Bogota. Et contre toute attente, la conduite à Bogota est relativement facile.

Bouchons

Pourquoi? Parce qu’à Bogota, on roule au pas! Littéralement! En d’autres termes, la vitesse moyenne d’un véhicule n’excède pas un kilomètre en dix minutes. Soit six kilomètres heure. C’est pas franchement du très rapide, vous en conviendrez.

Selon une étude parue l’année dernière et menée par “INRIX 2018 Global Traffic Scorecard”, et relayée par Uniminuti Radio, Bogota occupe la troisième place des villes les plus embouteillées! Dans ces conditions, il est difficile de faire un accident. Pour autant, il y a quelques règles à respecter.

Les règles tu oublieras

La première règle à respecter est de ne pas en respecter trop. On dépasse à gauche, on dépasse à droite, on coupe la route, on écrase les piétons et on fauche les cyclistes. En toute décontraction et si possible sans mettre de clignotant. Ah, oui, et on s’arrête où bon nous semble. Et tant pis si ça occasionne de nouveaux bouchons…

En ton GPS tu auras foi

90% des routes de la capitale colombienne sont en sens unique. 50% ne peuvent être coupées qu’à des endroits bien particulier.

Voilà un exemple d’itinéraire me permettant de me rendre de l’école de ma fille à mon domicile… Pas vraiment logique, n’est-ce pas? Il est donc primordial d’avoir un GPS qui vous guide dans vos périples citadins.

Insulter tu t’abstiendras

Personnellement, je vous déconseille fortement de regarder un Colombien dans les yeux et de lui balancer un «puta madre, hijo de puta, coma mi mierda, mal parido». Et ce même s’il vient de vous faire une queue de poisson… Après… Libre à vous de vous retrouver avec un couteau dans les pneus. Ou ailleurs.

Et en dehors de Bogota?

La conduite en dehors de la capitale est beaucoup plus sportive. Caravanes de camions indisciplinés aux conducteurs fatigués, objets non identifiés au milieu de la chaussée, fous du volent: sortir de la capitale en voiture peut s’avérer périlleux.

Rien à voir avec nos gentilles autoroutes suisses, croyez-moi. Il faut ouvrir l’œil, être concentré et prier (même si vous n’êtes pas croyant. Il vaut mieux mettre toutes les chances de votre côté).

Bogota vs Dakar

Conduire à Dakar ou à Bogota est une expérience en soi. Que je trouve finalement assez amusante. Avec, je dois l’avouer, une petite préférence pour la conduite à Dakar. Je crois que je n’ai jamais été aussi indisciplinée de ma vie, tout en me fondant parfaitement dans le paysage. Vous ne me croyez pas? Jetez un œil au petit film que j’ai réalisé à l’époque.

2 Commentaires

  1. PERIAT Alain

    Un bonheur de vous lire!! J en viens à souhaiter que vous déménagerez souvent !!! Cordialement

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code