Parce qu’il fait bon, parfois, aborder des sujets plus légers, je souhaite vous parler aujourd’hui de… ma nouvelle coupe de cheveux. Attendez, attendez! N’éteignez par l’ordinateur! Aussi rasoir que ce sujet puisse paraître de prime abord, je vous promets que je vais vous divertir. Voire peut-être vous faire sourire.

Apprendre de ses erreurs

Non… Ca, ce n’est pas pour moi. Ou peut-être est-ce simplement que je prends plaisir à reproduire invariablement les mêmes? C’est possible.

Quoi qu’il en soit, laissez-moi vous raconter mon rendez-vous chez le coiffeur local.

Adolphe, mon Béninois

Avant cela, je me dois de vous rafraîchir la mémoire, ou peut-être simplement de vous expliquer ma première mésaventure capillaire d’expatriée. Car ce n’est pas le première fois que je m’expose à une déconvenue…

J’ai un faible, lorsque nous nous expatrions, pour les petits marchés locaux, les épiceries de coin de rues et les artisans de quartiers. J’achète mes légumes là où il n’y a que rarement des blanches, je profite de la chance qui m’est donnée de découvrir un autre savoir-faire et je vais me faire couper les cheveux dans le salon tout crado du coin. Pourquoi? Parce que j’aime faire fonctionner l’économie locale. Parce que j’aime rencontrer les habitants du coin et me mêler, pour un temps, à eux. Et parce que c’est l’occasion de rencontrer de belles personnes qui valent la peine de prendre quelques risques.

Bref ! Revenons-en à mes cheveux.

Balais sur la tête

Je me souviens comme si c’était hier du petit frisson d’angoisse qui me parcourut le corps lorsque Adolphe, mon coiffeur Béninois installé à Dakar, expliqua m’appliquer un soin particulier sur la tête… Parce que vous n’êtes pas sans vous douter que nos petits cheveux blondinets n’ont pas la même résistance que des cheveux crépus.

Autant vous dire que j’ai eu raison de douter du résultat, tant il est vrai qu’Adolphe m’a littéralement brûlé les cheveux… Il me fallut plusieurs jours et beaucoup de patience pour récupérer une tignasse qui s’apparentait alors à un balais. Mais l’expérience m’a fait rire! Au point que j’ai souhaité la reconduire en Colombie.

Prise de risques limitée

Les cheveux des Colombiennes, bien que plus épais que les nôtres, se rapprochent des miens. Je me suis donc dit que je ne prenais que peu de risques en me rendant dans le salon du quartier. Grosse, grosse, grosse erreur d’appréciation de ma part, tant il est vrai que Maye, ma coiffeuse locale, a complètement foiré (il n’y a pas d’autres termes) sa couleur.

Voilà ce que j’ai demandé:

Voilà ce que j’ai eu. La couleur est très approximative. La coupe… Euh, quelle coupe?

Très appliquée

Est-ce que j’ai osé dire à Maye qu’elle a complètement loupé sa couleur ? Non… Elle était tellement appliquée et tellement stressée en découvrant le résultat que je n’ai pas eu le cœur de lui asséner ce jugement sans appel: même ma fille aurait fait mieux. Et pourtant, elle m’en a tendues des perches, croyez-moi! Plusieurs jours après notre petite séance coloration loupée, la coiffeuse m’arrêtait dans la rue:

  • Hola Estefania, que tal el color?
  • Muuuuuuuuuuy bien!
  • Y tu esposo? Esta contento?
  • Siiiiiii! Le enconta mucho. Muchas gracias Maye.

J’aurais eu envie de lui dire que mon mari rigole à chaque fois qu’il me regarde, mais à quoi bon? Le mal est fait, et il reste relatif. Ce n’est certes pas ce que j’ai demandé mais ce n’est pas si moche. Et les cheveux repoussent alors qu’une critique négative peut mettre bien du temps à être digérée. Et je sais de quoi je parle.

Pas sûre par contre que je retourne chez elle dans le futur 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code