Ou quand mon mari et moi faisons tache! Laissez-moi vous raconter notre énorme moment de solitude.

To be select’ or not to be…

Comme je vous l’ai déjà expliqué précédemment, nous avons pris la décision d’inscrire nos enfants dans des écoles privées. Ce qui implique évidemment que ces établissements soient fréquentés par la frange aisée de la population. Frange à laquelle nous n’appartenons absolument pas. Merci le boulot de Cedric qui nous aide à financer la scolarité de nos enfants…

Dégustation de vin

A peine arrivés à Bogota, nous avons été invités à participer à une dégustation de vin, organisée par une maman d’élève.

Génial, nous sommes nous dit! L’occasion de rencontrer du monde. Ce qui n’est pas toujours évident lorsque vous débarquez d’un autre continent, dans une ville que vous ne connaissez pas.

On part à la bourre et… on se perd

Evidemment… Je pars tout le temps à la bourre car j’ai toujours un dernier petit truc à faire. Quoi qu’il en soit, je glisse la bouteille de vin achetée pour l’occasion dans mon sac et nous sautons dans un taxi… Qui se perd et décrète, en nous regardant droit dans les yeux: mais oui, je connais, c’est juste là!

Juste là, juste là… Il nous aura fallu vingt bonnes minutes de marche pour trouver ledit endroit. Un immeuble magnifique qui aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.

Quand la banlieue rencontre la bourgeoise

Ding-dong. Nous attendons quelques secondes, avant que notre hôtesse nous ouvre la porte. Elle nous salue chaleureusement et nous invite à pénétrer l’appartement. Et là, c’est le drame… Nous avançons, timides et… gênés, en direction des autres convives déjà assis dans le salon. Une quinzaine de personnes qui nous dévisagent alors que nous nous approchons.

Converses vs Louboutin

Mon mari est habillé en jeans, chemises et basquettes noires alors que pour ma part, j’ai mis mon plus beau jeans troués! Habillés pour une dégustation de vin entre copains quoi!

Sauf que nos dégustations de vin entre copains n’ont absolument rien à voir avec l’événement auquel nous avons été conviés. Ce soir, c’est serveur, sommelier, verrines, bonnes bouteilles et tout le toutim. Et évidemment, Chanel et Louboutin! Et pas du tout jeans troué et Converses… Oh les taches!

In vino veritas

Nous nous sommes donc assis dans un petit coin du salon, les plus discrets possibles. Nous avons écouté les directives du sommelier et nous sommes regardés, complices. Evidemment, la culture du vin en Suisse est quelque peu plus développée que la culture du vin en Colombie. Si bien que, après quelques verres, nous nous sommes sentis comme des petits poissons, certes banlieusards, dans l’eau.

Et vous savez quoi ? Malgré que nous ressemblions à des gamins tout droit sortis de la cité, malgré que nous ne parlions pas parfaitement la langue et malgré toutes les différences, nous avons été accueillis avec gentillesse, tant par nos hôtes que par les autres parents.

Ne pas juger

Ils auraient pu nous juger, comme nous serions tentés de le faire dans la situation inverse. Ils auraient pu gentiment nous tourner le dos et nous exclure. Mais ils ne l’ont pas fait. Une belle leçon d’humanité.

Epilogue

Bon, par contre, je suis repartie avec ma bouteille dans mon sac… Je ne pense pas que le petit vin que nous buvons soit celui qu’ils servent en temps normal!

1 Commentaire

  1. Mario Jelmini

    C’est particulièrement bien raconté.
    On se met si bien à votre place que l’on se sent gêné!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code